Gênes, la renaissance d’une ville

La démolition des immeubles qui se trouvent sous le tronçon Est du pont Morandi de Gênes vient de commencer. Un premier acte douloureux mais nécessaire qui conduira à la reconstruction de cette infrastructure indispensable et qui a cédé le 14 août 2018, privant la ville de Gênes d’une de ses artères principales et d’un symbole dont ses habitants étaient fiers.

Les immeubles, qu’il est impossible de récupérer du fait qu’ils se trouvent directement sous le tronçon fragilisé du pont, seront abattus à la pince hydraulique qui a commencé à démanteler, un à la fois, les 6 étages du numéro 10 de via Porro. Un programme de récupération des matériaux réutilisables, des ustensiles et des électroménagers restés dans les logements a été mis en acte. Quant aux agents polluants pouvant se répandre durant les travaux, ils ont fait l’objet d’un projet précis afin de ne pas aggraver une situation déjà particulièrement délicate.

Pour cette raison, notre Dedalus a été choisi pour devenir le « partenaire » de la pince hydraulique chargée du démantèlement du fait de la présence d’amiante et d’autres poussières nocives. Il suit constamment la pince avec un canon d’eau monté sur son bras pour asperger l’aire et éviter que les substances nocives ne se répandent tout autour.

Fort heureusement, les autres immeubles – qui devraient être récupérés par la suite – ne seront démolis qu’en partie car ils devront faire office de « barrière de confinement » pour les détritus durant la découpe proprement dite du reste du pont. Dieci fournit ici un exemple supplémentaire de la polyvalence de ses engins, employés pour la renaissance d’une des plus belles villes d’Italie.