Barangaroo Project

En pensant à Sydney, deux icônes de la ville nous viennent à l’esprit: l’Harbour Bridge et l’Opera House. Mais les choses pourraient changer… Le Barangaroo Project est une gigantesque œuvre de requalification urbaine qui est en train de modifier le visage d’une partie de la ville.

Le coût de cet ambitieux projet (qui s’étend sur environ 50 hectares) est évalué à 6 milliards de dollars australiens. La fin des travaux, débutés en 2012, est prévue pour 2024 avec la réalisation de la station de métro. La première à avoir été réalisée, en démolissant les anciens quais, fut la «Barangaroo Reserve», une réserve naturelle où la ligne de côte a retrouvé l’aspect qu’elle avait à l’arrivée des colonisateurs.

La réalisation du «Central Barangaroo» est déjà bien avancée. Cette zone de bâtiments ultramodernes (certains ont été conçus par Renzo Piano) est destinée pour la moitié à un usage public (centres civiques, culturels et administratifs) et le reste sera consacré aux activités commerciales et financières. Parmi les nouveaux bâtiments destinés à modifier pour toujours l’horizon de Sydney se trouve le «Wooden Office Block», le premier bâtiment moderne australien à être réalisé en bois. Pour respecter les délais, les travaux continueront 7 jours sur 7, 24 heures sur 24, et impliqueront des dizaines d’entreprises. Parmi les centaines d’engins au travail se trouve également un Pegasus 40.18, employé 24 heures sur 24, sur plusieurs roulements, pour les travaux de finition des bâtiments réalisés.

La conservation des plantations arborées d’origine fait partie intégrante du projet. Dans l’adjacente « Barangaroo Reserve », des centaines d’essences locales ont été plantées. Couper quelques rameaux pour accélérer les travaux est donc impensable… C’est là qu’intervient la large base d’appui, la rotation à 400 ° et surtout le bras extensible doté d’une plateforme à commande électronique qui permet à l’opérateur de soulever et de fixer les panneaux de revêtement, en contournant la végétation. Les stabilisateurs à nivellement automatique s’adaptent aux trottoirs ou aux éventuelles aspérités du chantier, permettant à l’engin de travailler dans n’importe quelle condition de marche. Panneau après panneau, la façade prend sa forme définitive. La fin est proche et notre Pegasus pourra passer au… prochain bâtiment!

 REVENIR À LA LISTE